La 5G : un danger pour votre sécurité et santé ?

Depuis l’annonce de son déploiement au premier semestre 2020, la 5G n’a jamais été autant sous le feu des projecteurs. Décrite comme “une révolution sans précédent”, ses partisans ne lésinent pas sur les hyperboles pour vanter les atouts de ladite merveille technologique. Mais c’était sans compter sur ses fervents opposants qui tentent de dénoncer les potentiels dangers liés à son arrivée. Effectivement, à quelques mois de son lancement, l’héritière de la 4G suscite encore de nombreuses interrogations. Mettant en jeu des thèmes importants et qui concernent chacun d’entre vous, LeComparatif.com vous éclaire sur les 3 principales controverses de la 5G.

 

La 5G menace-t-elle la sécurité nationale ?

"L'homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique” disait Albert Einstein. C’est de cela dont l’État français a pris conscience ces derniers mois. Effectivement, alors qu’il prônait jusque-là ses bienfaits, l’État a aujourd’hui changé de cap en mettant l’accent sur les dangers possibles que la 5G représenterait pour sa propre sécurité.

Plus précisément, c’est au niveau des 3 équipementiers 5G (Huawei, Nokia, Ericsson) qu’une incertitude plane. En effet, en équipant les territoires des états, ces derniers auront accès à un nombre incalculable de données. Or, il est possible qu’ils comportent des failles permettant à leur état d’origine de les exploiter. Si Nokia et Ericsson ne sont pas au cœur des inquiétudes, le géant chinois Huawei, en revanche, l’est. Les pays occidentaux craignent en effet que la Chine se serve de Huawei comme cheval de Troie pour les espionner. Pour cette raison, certains pays - Etats-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande et Japon - ont fermement pris la décision d’écarter l’entreprise de la course à la 5G.

La France, quant à elle, aborde une position plus tempérée car elle ne souhaite pas aller jusqu’à “de telles extrémités”. Toutefois, l’État a bien conscience du danger. C’est pourquoi, au mois de juillet, le Parlement français a adopté une loi visant à sécuriser le déploiement de la 5G. Celle-ci oblige désormais les opérateurs à adresser une demande d’autorisation au Premier ministre avant toute activité d’exploitation de certains équipements 5G. Si ce dernier estime qu’il y a un risque sérieux d’atteinte aux intérêts de la défense et de la sécurité nationale, alors il pourra refuser ou imposer des conditions. Ce texte permet ainsi “d’établir un cadre juridique stable, simple, protecteur, le tout sans retarder le déploiement de la 5G” d’après la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher.

 

La 5G : une aubaine pour les hackers ?

À peine le problème de la souveraineté nationale réglé, de nouvelles inquiétudes liées au piratage et à l’espionnage sont apparues. En effet, bien que la 5G soit conçue pour apporter un niveau de sécurité supérieur à celui de la 4G, aucun système de sécurité est inviolable. Alors certes avec la 5G les failles de sécurité seront plus petites, mais elles seront en revanche plus nombreuses, car nous possèderons un nombre plus important d’objets connectés. Concrètement, s’il sera plus difficile pour les “pirates” de voler des données personnelles, l’idée qu’ils puissent prendre le contrôle de nos objets connectés est tout à fait envisageable.

“Ça peut être assez glaçant d'imaginer que quelqu'un puisse prendre le contrôle de votre véhicule à distance et vous faire faire n'importe quoi" déclare Sylvain Chevallier, spécialiste des télécommunications. Effectivement, de la voiture aux appareils électroménagers en passant par nos vêtements, d’ici quelques années tout sera connecté ! Une aubaine pour les hackers qui auront dès lors de nombreuses portes ouvertes pour s’introduire dans notre quotidien…

Cependant, ce ne sont pas les particuliers les plus inquiets, mais plutôt les entreprises. En effet, grâce à la 5G, le secteur de l’industrie va basculer dans une nouvelle ère : l’industrie 4.0. Caractérisée par une numérisation accrue des usines et transports, la 5G permettra entre autres, d’améliorer le suivi des produits, d’optimiser le processus de fabrication, mais aussi d’intégrer de la réalité virtuelle. Or, lorsqu’on sait que des pirates pourraient potentiellement en prendre le contrôle, les industriels ont de quoi avoir peur.

 

L’ultra haut débit : un danger pour la santé ?

En septembre 2017, plus de 170 scientifiques ont réclamé un moratoire sur le déploiement de la technologie 5G. S’ils remettent en cause la 5G c’est parce qu’elle entrainerait une augmentation de l’exposition aux champs électromagnétiques qui pourrait être nuisible à l’Homme. Pour étayer leur propos, ils s’appuient sur deux études réalisées en 2016. La première est une étude états-unienne du National Toxicology Program qui montre que des rats exposés à des ondes développent des cancers. L’autre provient de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et estime que “les ondes ont des effets possibles sur les fonctions cognitives et le bien-être des plus jeunes”.

Plus précisément, si la 5G interroge sur ses conséquences possibles sur la santé, c’est à cause de l’utilisation des ondes millimétriques. En effet, comme expliqué dans notre précédent article, ces ondes ont une fréquence beaucoup plus élevée que celles des précédentes générations. Par conséquent, elles seraient potentiellement plus néfastes pour notre santé. Qui plus est, elles ont une capacité de pénétration des bâtiments très faible ainsi qu’une portée limitée, obligeant les opérateurs télécoms à installer de nouvelles antennes. Ces dernières, appelées “small cells”, vont être incrustées partout en ville (arrêts de bus, lampadaires, panneaux d’affichage, … ) ce qui augmenterait significativement notre exposition aux ondes. Or, pour l’heure, aucune étude n’a mesuré les impacts à long terme d’une telle technologie sur notre santé. On peut donc se demander si on ne fait pas de la population “des rats de laboratoire” ?

Quoi qu’il en soit, il faut relativiser : toute nouvelle technologie suscite toujours des inquiétudes pour la santé humaine. C’est pourquoi, les grandes agences de santé tiennent un avis plus nuancé. Par exemple, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classé en 2011 ces ondes comme cancérogènes “possibles” pour l’Homme mais précise en parallèle que “la recherche n’a pu fournir de données étayant une relation de cause à effet”. En outre, les défenseurs de la 5G affirment que les seuils limites d’exposition à ces ondes - appelés plus communément DAS - ne seront pas dépassés. Effectivement, le Directeur Général de l’Agence Nationale des Fréquences, précise que “le seuil fixé pour la 5G est le même que pour la 2G, 3G et 4G, et n’est jamais atteint actuellement”.

 


En fin de compte, beaucoup de débats s’articulent autour de la future merveille technologique sans qu’on ne puisse, pour le moment, y apporter des réponses concrètes. Malgré tout le gouvernement français se veut rassurant et souhaite que le déploiement de la 5G se fasse dans de bonnes conditions. Mais, n’oublions pas que derrière la 5G se cache un enjeu économique très important pour la France. Emmanuel Macron l’a d’ailleurs souligné dans son discours d’ouverture du salon Vivatech en mai dernier. “La France doit devenir le leader dans les combats de demain : l’internet des objets, l’intelligence artificielle, etc.”. C’est donc aussi pour cela que le gouvernement souhaite aller vite et ne prendre aucun retard dans le déploiement de cette révolution technologique…

ACCEPTER

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus