Pourquoi le prix du gaz a baissé de 6,8% en juillet 2019 ?

L'électricité augmente, le gaz baisse. Effectivement, alors que le mois de juin fut marqué par une hausse historique du prix de l’électricité, le prix du gaz a connu quant à lui une forte baisse au 1er juillet : -6,8 %. Une nouvelle qui a redonné le sourire aux 4,3 millions clients d’ENGIE, le fournisseur historique de gaz en France. Mais comment s’explique cette chute de prix ? Bon nombre d’entre vous ne la comprennent pas et pensent même qu’il y a de l’eau dans le gaz...C’est pourquoi LeComparatif.com vous aide à sortir la tête de l’eau en vous expliquant “le pourquoi du comment” !

 

Par quel mécanisme les prix du gaz sont-ils fixés ?

En France, le prix du m3 de gaz n’est pas le même pour tous les foyers. Si vous comparez votre facture de gaz avec celle d’un de vos proches, vous constaterez de nombreux écarts. Pas de panique ! Cela est tout à fait normal puisque les fournisseurs de gaz ne proposent pas les mêmes types d’offres. Il est en effet important de différencier ENGIE - fournisseur historique - des fournisseurs alternatifs tels que Eni, Vattenfall ou Happ-e.

En ce qui concerne ENGIE, c’est le seul fournisseur détenant l’autorisation de proposer à ses clients une offre aux tarifs réglementés de vente (TRV). Ce TRV correspond au prix historique du gaz, c’est-à-dire qu’avant l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence en 2007, seul ce tarif existait. Il est déterminé par l’État avec la collaboration de la Commission de Régulation de l'Energie (CRE). Pour le calculer, le gouvernement prend en compte un ensemble de règles : d’une part, il doit permettre à ENGIE de couvrir la totalité de ses coûts, d’autre part, il doit être indexé sur le prix du pétrole.

En revanche, les fournisseurs alternatifs quant à eux n’ont pas l’autorisation de proposer des offres aux tarifs réglementés. Ils proposent alors des offres dites de marché où le prix du gaz est fixé, non pas par l’État, mais librement dans le cadre d’un contrat. D’ailleurs, leurs tarifs sont souvent plus attractifs !

 

Les -6,8 %  ne sont qu’une addition des retards cumulés

Contrairement aux offres de marché, le prix du gaz dans les offres aux tarifs réglementés varie tous les mois en fonction des cours mondiaux du gaz. Ceux-ci étaient d’ailleurs en forte baisse depuis le début de l’année, par conséquent, le TRV du gaz aurait dû fortement diminuer tout au long du premier semestre 2019.

Or, ce ne fut pas le cas. Effectivement, la France traversait au même moment une crise de grande ampleur - les Gilets jaunes - où la volatilité des prix du gaz était très critiquée. Afin de réduire l’inquiétude, le Premier ministre a choisi de geler les tarifs réglementés du gaz d’ENGIE. Ainsi, de février à juin, les TRV ont légèrement baissé, mais beaucoup moins qu’ils n’auraient dû. En juillet, le gouvernement a souhaité rattraper ce retard en baissant d’un coup les tarifs du gaz d’ENGIE.

En tout, près de 4,3 millions de foyers vont voir leur facture de gaz fortement diminuer cet été. Mais ne vous y habituez pas, cette situation est exceptionnelle ! En août d’ailleurs, tout était déjà redevenu à la normale : les tarifs réglementés d’ENGIE ont reculé de seulement 0,5 %. De même en septembre, ces derniers ont diminué de 0,81 %.

 

Les TRV : un système contesté en voie de s’éteindre.

En juillet 2017, le Conseil d’État français a rendu un jugement dans lequel il annonçait que les tarifs réglementés du gaz d’ENGIE étaient contraires au droit de l’Union européenne. C’est notamment le caractère discriminatoire qui fut remis en cause étant donné que seule ENGIE est autorisée à appliquer les TRV du gaz. De plus, d’après le Conseil d’État, “les TRV sont une entrave à la réalisation d’un marché du gaz naturel concurrentiel”. Suite à cette annonce, la voie menant vers la fin des tarifs réglementés du gaz était donc ouverte...

Et il n’aura pas fallu bien longtemps pour que le gouvernement s’y engouffre. Effectivement, le 11 avril dernier, c’est-à-dire à peine 2 ans plus tard, le Parlement français adoptait la loi Pacte. Celle-ci programme l’arrêt des TRV pour les particuliers au 1er juillet 2023.

Dans les mois à venir et si cela n’est pas déjà fait, vous devrez donc souscrire à une offre de marché proposée soit par le fournisseur historique ENGIE, soit par un fournisseur alternatif. Profitez-en car ce sera aussi l’occasion pour vous de comparer les prix du gaz, et peut-être même de changer d’offre pour un fournisseur ayant des tarifs plus attractifs !

 

En définitive, il ne faut pas s’inquiéter de la chute brutale des prix du gaz en juillet 2019. Cette dernière n’est que le croisement entre la baisse des cours mondiaux du prix du gaz et l’atmosphère tendue qui règne en France. C’est aussi le reflet de la complexité du mécanisme qui régit depuis des années les prix de l’énergie. Un mécanisme qui prendra fin à l’horizon 2023 grâce à la loi Pacte. Pour vous, c’est une véritable aubaine ! Vous allez pouvoir faire des économies sur votre facture d’énergie en changeant de fournisseur.

ACCEPTER

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus