Explosion du nombre de coupures d’énergie pour impayés dans l’Hexagone

Ce mardi, le Médiateur national de l’énergie a communiqué sur le nombre de coupures d’énergie dû aux impayés sur le premier semestre 2019. Selon les données des fournisseurs, les coupures dans l’Hexagone ont connu une envolée de 18 % pour l’électricité et un bond de 10 % pour le gaz par rapport au premier semestre 2018. Un constat alarmant qui inquiète les Français mais aussi le Médiateur national de l’énergie...

 

Une situation inquiétante

Les foyers français ont de plus en plus de mal à assumer leurs factures d’énergie, c’est ce que révèlent les chiffres transmis par les fournisseurs d’électricité et de gaz du marché.

Ces derniers ont dénombré, dès septembre 2019, un nombre d’interventions pour impayés, coupures ou réductions de puissance, supérieur à celui de toute l’année 2018. C’est une situation préoccupante aux conséquences dramatiques. Les particuliers privés d’électricité ou de gaz se retrouvent, du jour au lendemain, plongés dans le noir, sans chauffage et dans l’incapacité de chauffer leur nourriture... À trois semaines de la trêve hivernale, difficile de croire que près de sept millions de personnes sont touchées par la précarité énergétique en France (selon l’Observatoire National de la Précarité Énergétique, 2019).


On aurait tendance à penser que cela concerne uniquement les foyers les plus démunis, mais il n’en est rien. Les ménages modestes sont eux aussi concernés. C’est une situation qui peut arriver très soudainement, à un moment où on ne s’y attend pas : une facture de régularisation imprévue, un logement mal isolé ou un accident de la vie et vous pouvez en quelques jours basculer dans le noir...

 

L’énergie est-elle devenue trop chère ?

“Le coût de l'énergie est un facteur très compliqué pour nos concitoyens” déclarait Jean Gaubert, Médiateur national de l'énergie, lors d’une interview pour franceinfo ce mardi 8 octobre. Les ménages -pauvres et modestes- consacrent plus de 8 % de leurs revenus pour payer la facture énergétique de leur logement. Un pourcentage qui ne va faire que grimper dans les prochains mois pour l’électricité. En effet, après avoir subi une hausse historique de 5,9% au mois de juin, les Tarifs Réglementés de l’électricité pourraient bien encore augmenter de 4% en février prochain.

Mais le prix de l’énergie n’explique pas à lui seul cette hausse des coupures. Le Médiateur observe également que “les fournisseurs d’énergie ont durci leur politique de gestion des impayés” mais aussi qu’ils “anticipent l'arrivée de la trêve hivernale, qui commencera le 1er novembre prochain, jusqu'à mars”. Pendant cette période de cinq mois, la loi interdit aux distributeurs d’électricité et de gaz de couper l’énergie à un client, même si celui-ci a cumulé de nombreuses factures d’impayés. Conséquence : ils se précipitent d’opérer une coupure à tous les “mauvais payeurs” avant la trêve hivernale. En 2019, cette pratique a probablement été plus utilisée que l’année passée. En témoigne le nombre de sollicitations auprès du service Energie-Info : en un an, celui-ci a plus que doublé, passant de 165 sur les neuf premiers mois de 2018, à 372 en 2019.

Ce n’est pas tout. Ces coupures d’électricité et de gaz dénotent également l’importance de lutter contre les “passoires énergétiques” en France. Ces logements anciens et mal isolés consomment énormément, par conséquent, leurs factures d’énergie atteignent des montants exorbitants. Conscient de l’urgence, l’État français a mis en place des programmes de rénovation énergétique ainsi que des aides financières telles que le cheque-énergie et le crédit d’impôt transition énergétique (CITE). Cependant, en estimant le nombre de logements qualifiés de “passoires énergétiques” entre sept et huit millions, on se rend bien compte que cela n’est pas suffisant. “Une accélération des programmes de rénovation énergétique” est donc obligatoire et primordiale, d’autant plus que l’énergie est pour beaucoup un besoin vital.

 

Quels sont les recours possibles ?

Énormément de foyers qui se sont vu couper leur électricité ou gaz, à un moment donné, déclarent ne pas avoir su la marche à suivre. Pourtant, en cas de difficultés financières, plusieurs recours sont possibles avant que votre fournisseur décide d’opérer une coupure.

Déjà, la première chose à faire est de contacter votre distributeur et de lui demander un échéancier de paiement. En payant de manière mensuelle, il sera plus facile pour vous de gérer votre budget. Par ailleurs, profitez-en pour savoir si votre contrat est en adéquation avec vos besoins.

Ensuite, une autre possibilité est de vous rapprocher des services sociaux de votre commune ou département. En prenant rendez-vous avec eux, ils seront en mesure d’appeler le représentant solidarité-précarité de votre fournisseur pour “négocier une facilité de paiement” mais aussi vous “informer sur les conditions et démarches pour bénéficier des différentes aides existantes” (d’après le Médiateur de l’énergie). Vous pouvez aussi contacter d’autres organismes comme votre caisse de retraite, la CAF ou encore des associations caritatives spécialisées dans ce domaine.

Enfin, à notre échelle, un des meilleurs conseils qu’on puisse vous donner, est de ne pas hésiter à comparer les différentes offres des fournisseurs d’énergie. Votre distributeur n’est peut-être pas le plus compétitif sur le marché, alors lancez-vous ! D’autant plus qu’aujourd’hui, il est facile de comparer les différents fournisseurs afin de trouver la meilleure offre d’électricité ou de gaz.

Comparez les offres d'Énergie Duo
ACCEPTER

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus